20 mai 2022 – Rencontre à l’ADSEA 28

20 mai 2022 – Rencontre à l’ADSEA (association départementale pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte).

Répondant à l’invitation d’Odile Semery, vice-présidente, nous avons rencontré avec ma collègue Chantal Deseyne Sénatrice le docteur Marie-Paule Martin-Blachais, présidente depuis 2019 de l’association départementale pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte en Eure-et-Loir, accompagnée d’Isabelle Cappellaro, nouvelle directrice générale.

Rendez-vous nous était donné au siège situé à Lèves. Cette association laïque d’intérêt général créée en 1918 a pour mission d’accompagner et loger des enfants, adolescents, jeunes majeurs, voire parents, qui rencontrent des difficultés temporaires ou récurrentes dans leur parcours de vie.

Avec 200 salariés, un financement du Conseil départemental, de l’Etat et de la CAF, entre autres, cette structure assure une action soit sous la forme d’une contractualisation (le Département acte une mesure de protection et l’ADSEA devient « opérateur ») ou d’une judiciarisation (le juge des enfants transmet une ordonnance judiciaire qui contraint les familles), à laquelle s’ajoute la prise en charge des mineurs non accompagnés.

L’ADSEA repose sur 5 services : hébergement éducatif mixte pour adolescents, accompagnement familial, actions éducatives en milieu ouvert, prévention spécialisée et aide/dialogue. Les éducateurs et familles d’accueil encadrent ces jeunes, en vue de leur sécurité et de leur bien-être, tant durant leur scolarité que dans leur quotidien et leur parcours de vie vers leurs majorité et autonomie. Une mission aussi importante que la prévention.

Nous avons beaucoup apprécié la dynamique portée par le docteur Marie-Paule Martin-Blachais tant sur le plan humain que structurel. A chaque problème posé, l’on recherche une solution !
C’est le cas pour le projet de fusion de la maison d’enfants à caractère social et l’hébergement des mineurs non accompagnés, la réflexion sur l’élargissement des contrats jeunes majeurs (16/21 ans), la volonté de voir réactivé l’observatoire départemental de la protection de l’enfance, le questionnement sur la localisation des structures afin de rationaliser les dépenses, les travaux de mise en conformité des bâtiments, les mesures d’évaluation interne et externe, l’activation des déclarations des évènements indésirables transmises au Département, le développement d’une communication plus visible, le souhait de créer une association des anciens de l’entraide répondant au déficit de réseaux amicaux rencontrés par les jeunes…

Un seul objectif pour les administrateurs et les salariés : valoriser les efforts des enfants, leur permettre de retrouver confiance dans leurs capacités et leur estime de soi.

👉 L’établissement bénéficie des prestations de qualité de Chartres Métropole en termes de repas du lundi au vendredi. Le week-end, les jeunes préparent leurs propres repas en commun. Parallèlement, la cuisine centrale est devenue un laboratoire de transformation avec des ateliers d’insertion en partenariat.

👉 Avec Jardin Solibio : permettre une aide à l’insertion des jeunes. Des maraîchages sur l’ancien terrain de football du Foyer des Boissières, à la transformation, distribution à vente. Les jeunes, en lien avec les ouvriers d’entretien, ont confectionné les bacs à aromates. Cela débouchera sur un échange avec les écoles de la Ville de Lèves à l’occasion de la Semaine du goût.

👉 Le projet de mise en place d’un « parrainage » avec des familles d’accueil sur la base d’un engagement durable afin de donner la chance aux jeunes de découvrir un autre monde que celui auquel ils sont confrontés, avec des personnes extérieures qui leur portent de l’attention.

🚨 A noter : les métiers d’aide à la personne n’attirent plus. A cela s’ajoute le problème de la formation et de son contenu, qui avec le temps, s’est éloigné de la réalité du terrain et des supports éducatifs. L’on parle en effet d’humain et non de dossier, d’être à côté des enfants et non dans un bureau. Pour répondre à cette problématique, l’association développe le recrutement en apprentissage ou en stage afin donner l’envie in fine de s’investir dans la structure.

👍 « Il faut féliciter tous les jeunes, c’est la raison pour laquelle, tous ceux qui auront passé un examen dans l’année, quel que soit le niveau, se verront remettre un diplôme par l’association. Il faut rendre hommage à leurs efforts ! » souligne madame la Présidente.

J’ai rappelé, pour ma part, l’importance que le Conseil départemental et son président Christophe Le Dorven, Président du Conseil départemental d’Eure-et-Loir pilotent en qualité d’autorité politique ce type de politiques sociales, car face à la multiplicité des partenaires, il faut que tout le monde aille dans le même sens au seul et unique bénéfice de l’enfant.

Nous remercions infiniment la présidente Marie-Paule Martin-Blachais, la vice-présidente Odile Semery et leur directrice générale Isabelle Cappellaro pour la matinée de travail qu’elles nous ont consacrée.

Je considère qu’il faut comprendre ce que font les gens avant d’émettre un avis ou un jugement. Ne pas se baser sur ce qui se dit au travers des médias ou de phrases toutes faites comme « mais ça sert à quoi le social à part coûter cher ? », mais être au plus près du terrain et des bons interlocuteurs. C’est la manière façon pour nous d’exercer notre mandat de sénateur.

Source : profil facebook du Sénateur M.Guéret